Vous connaissez la route ?

Vous connaissez la route ?

Un conducteur n’a pas le même comportement sur un trajet qu’il emprunte pour la première fois et sur son itinéraire habituel. Pourtant, dans tous les cas, il doit arriver à bon port dans les meilleures conditions de sécurité. Soit en déjouant les pièges liés à l’habitude, soit en évitant de se laisser dérouter par la nouveauté. Lisez plutôt la suite !

Sur les trajets familiers

… l’habitude peut jouer des tours.

« Mon véhicule connaît la route » ou « je peux rentrer les yeux fermés » … Vraiment ?
C’est un conducteur trop confiant qui se cache derrière ces expressions imagées. Et donc pas assez vigilant.

Parce qu’il connaît les lieux « par cœur », qu’il les a parcourus une multitude de fois sans affronter aucune difficulté, qu’il se souvient d’en avoir repéré tous les pièges…, le conducteur peut s’y sentir invincible. A tort.

  1. Le risque, c’est de relâcher son attention : quitter la route des yeux, se laisser distraire dangereusement par son téléphone, se perdre dans ses pensées…
  2. Pire. Le conducteur peut prendre des risques… qu’il ne tenterait pas ailleurs. Par exemple, rouler trop vite (parti à la dernière minute, il est pressé), franchir une ligne continue (pour dépasser un tracteur qui « se traîne »)…
  3. Même si l’itinéraire est familier, les dangers ne disparaissent pas pour autant. Savoir où se trouve un virage délicat à négocier n’élimine pas l’obstacle imprévu : un animal traversant la route, un véhicule débouchant d’une petite route au sommet d’une côte, une moto qui semble surgir subitement derrière soi, etc

Parcours familier : des dangers à éviter

- Restez concentré sur la conduite et attentif à l’environnement (panneaux, état de la route…), prêt à freiner au moindre problème
- Respectez les règles élémentaires : ceinture bouclée et siège pour enfant correctement installé, téléphone en mode « conduite », vitesse limitée, distance suffisante…

Et, si de temps en temps, vous faisiez le choix de changer d’itinéraire ou de varier les modes de transport ?

 

Sur un itinéraire inconnu

… la méconnaissance des lieux peut désorienter.

C’est surtout vrai quand le conducteur sort de sa « zone de confort ». Des exemples ? En rejoignant une grande agglomération alors qu’il circule le plus souvent en zone rurale, en ralliant un village de montagne sur une petite route très sinueuse alors qu’il vit toute l’année en plaine…, en changeant de pays, déconcerté par des pratiques jugées singulières.

Parce qu’il évolue dans un environnement qu’il connaît mal, qu’il est surpris par certaines particularités locales, qu’il cherche son chemin…, le conducteur peut se laisser aller à des comportements mal adaptés.

  1. Le risque, c’est de ne pas porter suffisamment d’attention aux autres usagers, en particulier les plus vulnérables, peu visibles, peu bruyants et peu encombrants, les cyclistes ou les piétons…
  2. Même si son GPS le guide efficacement, le conducteur peut se montrer hésitant, s’arrêter brutalement au milieu d’une rue, voire d’un carrefour, oublier de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur…
  3. Enfin, le conducteur, en alerte ou préoccupé par la nouveauté de son environnement, peut se fatiguer plus rapidement.

Trajet inconnu : des écueils à maîtriser

- Étudiez l’itinéraire à l’avance
- Évitez de partir au dernier moment : laissez-vous le temps de vous tromper de chemin

Et pensez toujours que vous n’êtes pas seul sur la route : ne surprenez pas les autres !?

Source : Preventionroutiere.asso.fr/2017/09/14/vous-connaissez-la-route/

Partager